L'assurance en cas de vie

Écrit par Datin. Publié dans Assurances des personnes

L'assurance si vous vivez vieux... :

"Lassureur", il l'appelle "l'assurance en cas de vie".

Et tant mieux pour vous, c'est tout le mal que je vous souhaite de vivre le plus longtemps possible et en bonne santé...
Mais avez-vous pensé que si vous vivez très vieux, vous aurez besoin de revenus complémentaires à vos régimes de retraites obligatoires.

En effet, si vous ne le savez pas encore parce que vous ne lisez que Gaule Dimanche et pas les journaux sérieux où qu'à la télé, vous ne regardez que Le Rond de la Fortune... Il faut que je vous dise un secret de polichinelle, à savoir que vers 2005/2008, on n'est pas certain que les retraites des régimes obligatoires nous permettront d'avoir le même niveau de vie qu'aujourd'hui, biscotte il y aura trop de vieux et pas assez de travailleurs, travailleuses, rejoignez-nous...


Donc, à défaut de déguster les pissenlits par la racine, vous risquez tout de même d'en être réduit à en mâchonner les feuilles amères...
A moins que vous soyez plus prévoyant et que dès maintenant, vous souscriviez un contrat de retraite complémentaire afin de vous assurer un revenu qui vous permettra de faire tous les voyages organisés par le club du 3ème âge de votre village gaulois.
Mais ce genre de contrat, c'est pas à 60 ans qu'il faut y penser, c'est maintenant ou jamais, alors filez donc chez "Lassureur Conseil" pour en discuter avec lui.

Mais Il y a encore une chose à vous dire à ce sujet.
En effet, imaginez que vous viviez jusqu'à 120 ans, non je ne rigole pas, c'est tout à fait dans le domaine du possible étant donné qu'il est prouvé que notre espérance de vie augmente d'un trimestre par an du fait de l'effet conjugué des progrès de la médecine, de la pharmacologie, de la meilleure hygiène de vie (vous vous lavez les pieds plus souvent qu'avant).
Et voilà que maintenant nos éminents professeurs sont en train d'expérimenter une pilule qui ralentirait le vieillissement... Vous voyez que je ne suis pas si loin de la vérité !
Donc, si vous êtes encore là à 120 ans, votre fils aîné en aura 100 puisque vous l'avez eu à 20 ans... et il ne sera peut-être pas en meilleur état que vous.

Et comme vous ne pourrez peut-être plus préparer le frichti, cultiver votre potager ni celui de votre conjoint et encore moins briquer la cambuse, vous deviendrez : dépendant
Alors les dépendants, il n'y pas 36 solutions pour eux : soit ils ont mis plein de sous dans leur bas de laine pour se payer une gouvernante/garde-malade/infirmière à domicile, ou ils ont les moyens de se payer un palace pour vieux ou il ne reste que la solution du Soleil Vert (voir le film du même nom ).
Justement, "Lassureur", il a une solution de rechange qui s'appelle "la prestation dépendance" ou "l'assurance dépendance", alors pensez-y avant de souffler vos 100 bougies.

les différentes formules d'Assurance en cas de vie :
Sur un plan commercial, elles sont nombreuses et portent des noms très divers, je me contenterai donc de vous donner les schémas techniques des principales formules.

le Capital différé :
C'est la formule la plus répandue bien que vous ne la connaissiez pas sous ce nom.
Exemple :
Vous avez souscrit un contrat en 1998 dont le terme est en 2008.
Si vous êtes encore en vie en 2008, "Lassureur" vous versera le capital (ou la rente) prévu au contrat qui se termine du même coup.
Mais si vous trépassez avant le terme du contrat, celui-ci s'arrête et les cotisations que vous avez versées, c'est cadeau pour "Lassureur" sauf si votre contrat comporte une clause spéciale que l'on appelle "contre-assurance" qui permet à "Lassureur" de rembourser au bénéficiaire en cas de décès les cotisations payées, plus (peut-être quelque chose).

Tous les contrats dits de retraite sont faits sur ce schéma, qu'ils soient libellés en francs, en unité de compte ou toute autre valeur.

La rente viagère :
C'est un contrat par lequel "Lassureur", moyennant versement d'un capital, s'engage à régler une rente pendant toute la vie du bénéficiaire.
Le contrat s'éteint avec le bénéficiaire, mais il peut être prévu une réversion à un pourcentage fixé au départ en faveur d'un second bénéficiaire.
Ces contrats trouvent leur utilité notamment pour des parents aisés qui veulent assurer un revenu constant à leur rejeton pIutôt que de lui donner un capital qu'il risquerait de dépenser trop vite.

Tiens un exemple : les gens qui ont gagné un gros paquet au Loto et qui se retrouvent fauchés maintenant, s'ils avaient été bien conseillés, ils auraient placé une partie de leur fric en rente viagère et aujourd'hui, ils auraient encore de quoi vivre décemment...

Le taux d'une rente viagère dépend à la fois : de l'âge du bénéficiaire à la souscription et de son âge lors de l'entrée en jouissance de la rente et de sa réversion éventuelle sur un autre bénéficiaire. 
On peut en effet très bien prévoir une rente aujourd'hui pour qu'elle soit versée seulement dans 5 ou 10 ans, cela s'appelle une rente à effet différé (il est prudent de prendre une contre-assurance pour le cas où le bénéficiaire décéderait avant...