Mai 28 2013

Information importante pour les victimes des inondations et autres catastrophes naturelles

Vous avez subi des dommages lors des récentes inondations ?

Voici quelques conseils pour être correctement indemnisé :

Ce qu'il ne faut pas faire :

  • Agir dans la précipitation
  • Jeter aux encombrants tous les objets qui ont été endommagés.
  • Avant de le faire, attendez que l'expert nommé par votre assureur soit passé, même si les autorités locales vous disent le contraire !

Ce qu'il faut faire :

  • Vous disposez d'un délai de 10 jours après la parution de l'arrêté inter-ministériel constatant l'état de catastrophe naturelle pour déclarer le sinistre à votre assureur.
  • Lisez minutieusement votre contrat d'assurance habitation pour connaître l'étendue de vos garanties.
  • Réunissez tous les justificatifs des biens mobiliers endommagés si ceux-ci ne sont plus visibles ( facture d'achat, facture de réparation, bon de livraison, photos de famille, cassettes vidéo, témoignage de parents, de voisins, d'amis)
  • Si vos dommages sont importants, faites vous assister par un expert d'assurés en ayant soin de négocier les honoraires que vous devrez lui régler ( maximum 5 % du montant de l'indemnisation). Certains contrats comportent la garantie des honoraires d'expert d'assuré et c'est votre assureur qui les paiera, mais vérifiez le avant de vous engager....!
  • Attention aux faux experts d'assurés...

Préparez soigneusement votre réclamation :

 Prenez le temps de réfléchir posément pour rédiger l'état des pertes que vous devez remettre à votre assureur (si vous avez missionné un expert d'assuré, c'est lui qui dressera l'état des pertes).

Dommages immobiliers :

Il faut les chiffrer sans rien oublier :

  • l'isolation intérieure et l'installation électrique à refaire éventuellement
  • les embellissements (revêtements de sol et de murs, peintures etc.)
  • éventuellement les huisseries à changer
  • faites établir des devis par des artisans
  • si vous effectuez les travaux vous-même, n'oubliez pas de compter le temps que vous allez passer pour les réaliser et chiffrez le à 1 fois 1/2 le SMIC horaire
  • comptez aussi le temps que vous avez passé pour le nettoyage de vos locaux et des biens mobiliers.
  • vous pouvez également demander le remboursement de la location des appareils utilisés pour assécher les murs de votre habitation (c'est très efficace mais ça coûte un peu cher et l'expert de "Lassureur" ne va pas forcément vous en parler...

Attention aux experts ! qui ne manquent pas d'humour en vous affirmant, la main sur le coeur, qu'il suffit d'ouvrir les fenêtres et les portes pendant 15 jours pour que l'humidité s'évapore...!

Leur compétence professionnelle aussi s'est évaporée...!

Et je ne vous dis pas le risque de vol par des rodeurs toujours à l'affût d'une bonne "affaire"...

  

Dommages mobiliers : ( meubles, objets etc.)

Ils sont à chiffrer et à justifier soit par des factures pro-forma que vous ferez établir par vos fournisseurs, ou par les réparateurs, soit à l'aide d'un catalogue de vente par correspondance.

Attention : les appareils électriques qui ont séjourné dans l'eau sont réputés inutilisables. Personne ne peut dire s'ils vont ou non fonctionner demain ou dans 6 mois. Ils doivent donc être remboursés en valeur à neuf.   

Certains experts de sociétés d'assurances n'hésitent pas à dire : " passez un sèche-cheveux sur le moteur de votre lave-linge et il séchera...", Ce n'est pas sérieux !

Pertes diverses :

Suivant les garanties décrites dans votre contrat :

La garantie catastrophe naturelle couvre au minimum les dommages matériels directs subis par vos biens, ainsi que le coût des études géotechniques rendues préalablement nécessaires à la remise en état des constructions.

Certains contrats peuvent être plus larges et comporter la garantie de frais et pertes diverses, exemples :

  • perte de jouissance ou d'usage
  • frais de relogement, de déplacement et de replacement du mobilier
  • frais de démolition ou de déblaiement
  • frais de mise en conformité
  • frais de clôture provisoire
  • honoraires de décorateurs, de bureaux d'étude et de contrôle
  • frais de décontamination

etc...

Méfiez-vous de ceux qui vous proposent de vous régler immédiatement par chèque 50% de ce que vous réclamez en vous disant :

"si vous n'acceptez pas aujourd'hui, votre dossier va traîner longtemps "

Ne vous laissez pas berner par ce genre de discours malhonnête et indigne d'un "vrai" expert.

Vétusté :

Il n'existe aucun texte légal qui fixe un taux de vétusté.
Elle est librement discutée entre l'expert de l'assureur et la personne sinistrée, sauf clause contractuelle fixant les taux de vétusté pour certains biens : vêtements, appareils électriques ou électroniques (lisez votre contrat)...

Soyez convaincu que vous ne devez rien perdre à la suite d'un sinistre (hormis la franchise obligatoire de 380€ pour les particuliers et de 10 % des dommages avec minimum de 1.140€ pour les biens professionnels).

Attention : la franchise applicable pour les sinistes "sécheresse" est de 1.520€.

D'autre part, dans certaines communes qui ne sont pas dotées d'un P.P.R.N. (plan de prévention des risques naturels), la franchise peut être doublée, triplée ou même quadruplée à partir du troisième évènement de même nature.

Pour bien défendre vos droits, consultez la rubrique "assurance habitation" pages "sinistres" du site sos-assures.fr et si vous avez besoin d'une aide personnalisée, n'hésitez pas écrire un courriel à Assurman par la boutique si vous rencontrez des difficultés pour vous faire indemniser.

Read 7021 times Last modified on lundi, 03 novembre 2014 17:57